Catégories
AMIANTE & SINISTRES CAS D'ÉCOLE

9/11#04: critique du principe d’effondrement progressif – 1/2

Épisode #04: il faudra 4 ans au NIST* pour conclure sur les causes et le déroulement de l’affaissement des deux tours jumelles et un an de plus pour étendre au 7.WTC le principe révolutionnaire de l’effondrement “progressif”.

(*)National Institut of Standard and Technologie

Extrait de l’article wikipedia “Effondrement des Tours du WTC”, exposant la théorie officielle (mode citation en italique). Les commentaires sont de l’auteur. Chaque explication est indexée #00-00 et chaque remarque §00-00 afin de pouvoir est discutée dans le forum.

L’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA) a entrepris une étude de la résistance des bâtiments, achevée en mai 2002. Elle concluait que la conception des tours était bonne et attribuait les effondrements à des facteurs échappant totalement au contrôle des constructeurs. Bien qu’estimant nécessaire une étude supplémentaire, la FEMA suggérait que les incendies causés par le crash des avions avaient probablement affaibli les solives des planchers et amorcé les effondrements. Selon ce rapport – ultérieurement contredit par les conclusions du NIST – les étages se seraient détachés de la structure portante des bâtiments et se seraient effondrés les uns sur les autres, entraînant un effondrement progressif.”

wikipédia: effondrement des tours du WTC

#04-01: Ce fut donc la première théorie deux ans après le sinistre : les solives métalliques ont été affaiblies et se sont détachées des platines de fixation fixées sur les ossatures verticales centrales et périphériques.

§04-01: Ce qui laisserait penser que les fixations étaient soient défectueuses, soit calculées pour un incendie moins violent. Il faudra donc être attentif aux relevés de température.

L’enquête initiale de la FEMA a été révisée par une enquête plus détaillée du National Institute of Standards and Technology (NIST), terminée en septembre 2005. Comme la FEMA, le NIST mettait hors de cause la conception du WTC, notant que la sévérité des attaques et l’ampleur des destructions allaient bien au-delà de tout ce qu’avaient pu connaître les villes américaines dans le passé. Le NIST soulignait aussi le rôle des incendies, mais n’attribua pas les effondrements à la défaillance des solives. Au lieu de cela, il considérait que les planchers avaient fléchi, tirant les colonnes vers l’intérieur : « Ceci a mené au fléchissement initial des colonnes vers l’intérieur et à l’affaissement de la face Sud du WTC 1 et de la face Est du WTC 2, amorçant l’effondrement de chacune des tours ».

#04-02: Le NIST deux ans plus tard, propose une autre version: les fixations ont tenu, voire même “bien tenu” (au delà des prévisions des constructeurs?), par contre ce serait les “planchers” – dalle de compression béton de 10cm sur poutraison et coffrage métallique – soumis à l’incendie qui auraient “fléchi” et par conséquent “tiré vers l’intérieur” les ossatures périphériques fragilisées par le choc mécanique.

§04-02: ce phénomène est justifié par l’observation de la façade de la tour sud qui visiblement s’est “creusée” avant l’effondrement. Toutefois, il n’existe que des extrapolations par simulation de maquette numérique qui peuvent donc être réalisées selon divers scénarii, comme celui de l’écroulement liminaire du noyau central entrainant de facto le basculement des planchers et consécutivement le “tirage” des ossatures périmétriques.

§04-03: notons que les planchers ne sont pas uniformes (cf figure #04-A) Un plancher d’étage comporte 4 sections, identiques 2 par 2. Par ailleurs, si la conception des planchers des deux tours jumelles est unique, on remarquera que l’orientation des axes directeurs des noyaux n’est pas parallèle, mais “normale” (perpendiculaire, cf Figure #04-B).

Figure #04-A: Schéma des planchers auto-portant entre les façades et le coeur évidé. Deux portées différentes: 18,30m pour la plus grande (percutée dans l’axe pour la tour Nord), 10,70m pour la plus petite (percutée dans l’axe pour la tour Sud) .
Figure #04-B: la Tour Nord a été frappée en premier, frontalement par la face Nord, et elle s’est affaissée en second, après 102mn. La tour Sud a été frappée par la face Sud, avec une trajectoire biaise et plus proche d’un angle. Elle s’est affaissée en moins d’une heure après le choc.

CRITIQUE N°9/11#04
A priori, les deux tours jumelles ont été construites sur un modèle structurel unique. Pourtant elles ne se sont pas comportées de manière identique avant l’écroulement ultime, a contrario similaire.
Sauf erreur, il n’existe pas d’explication cohérente qui prenne en compte leur différence d’orientation et donc la nature de l’ossature horizontale percutée frontalement.
Or, la résistance à l’écrasement axial des poutraisons pourrait expliquer partiellement la différence de durée des phases de latence constatées entre les chocs et les “effondrements progressifs” par ailleurs très similaire.
De même, il faudrait étudier l’incidence de l’orientation des planchers des étages percutés dans le basculement de la partie supérieure de la tour sud.

A suivre Épisode 05: 9/11#05: critique du principe d’effondrement progressif (2/2)

A relire, Episode 03Episode 02 Episode 01